"Rapprochement franco-bulgare": tel est le titre d’une publication dans le journal ‘Mir’ du 10 mai 1919, jour de la réouverture de l’Alliance française à Sofia. Cet article traite, entre autre, de l’ouverture des filiales de l’Alliance française en Bulgarie avant la guerre de 1914. Nous y lisons que "La société Bulgare - Alliance française a déjà réussi à ouvrir ses portes dans quelques villes principales telles Plovdiv, Varna et Roussé".

Donc après Sofia en 1904 et Plovdiv un peu plus tard, Varna dispose à son tour de son Alliance dont l’histoire s’entremêle au début avec celle des constructions navales bulgares. Selon toute vraisemblance, l’ingénieur Ivan Rodev qui termine ses études de constructions navales en France en 1902, aurait créé la filiale de l’Alliance française à Varna et pris part dans son premier conseil d’administration.

Un procès-verbal du 2 février 1908, date de la fondation de l’Alliance à Varna d’après les archives, nous rapporte les buts de la future association: promouvoir la langue et la littérature française entre les membres, faciliter les rapports scientifiques entre la Bulgarie et la France mais aussi aider les jeunes bulgares qui font des études en France de même que les français qui viennent en Bulgarie.

Malheureusement en 1947, commence la longue période d’interdiction de l’activité des Alliances françaises bulgares : c’est à peine fin novembre 1990 que 500 personnes se sont réunies et ont voté pour la recréation d’une Alliance française à Varna. Puis, un arrêt du tribunal de Varna de 25 février 1991 réinscrit la société dans le registre judiciaire comme organisation à but non lucratif.